Top Stories

Grid List

Le monde de la culture est en deuil. Le célèbre humoriste El hadj Lanfia Kouyaté communément appelé ‘’Sara’’ est décédé. Il a rendu l’âme dans la nuit de ce lundi, 29 mai 2017 à son domicile au quartier Missira dans la commune urbaine de Kankan. De suite d’une  longue maladie.

Agée de 85 ans, Lanfia Kouyaté dit Sara été l’un des plus grands humoristes du pays. Le défunt Sara avait l’art d’exister en faisant rire même ceux qui ne comprenaient pas sa langue de communication, le maninka.

« Cet homme a égayé plusieurs générations de guinéens par son humour et son art de la parole. Lors de ma dernière visite à son chevet à Kankan, j'ai trouvé un vieillard rongé par la maladie et la vieillesse mais toujours souriant et combatif... Dors en paix Nfa-Sara !!! », a écrit le ministre de la culture Siaka Barry sur sa page facebook

Lanfia Kouyaté a tourné plusieurs scénarios notamment le film  « Ballon d’or » de Cheick Doukouré ». Il a tiré sa révérence laissant derrière lui une veuve et deux filles et de nombreux petits fils.

La rédaction du lejourguinee présente ses sincères condoléances à la famille du défunt.

Mohamed Sylla

 

 

Dans le cadre de la présentation de son ouvrage intitulé ‘’Position et proposition’’, l’ancien ministre Baïlo Teliwel Diallo était ce jeudi devant les étudiants de l’Université Nongo Conakry (UNC) pour leur présenter son livre. Cette présentation a été organisée par la Synergie d’Action des Jeunes Leaders pour une Guinée Nouvelle SAJEL-GUI.

S’exprimant sur les raisons de sa tourné de présentation dans les différentes universités, l’ancien ministre de l’enseignement a indiqué que c’est les lieux idéales pour partager sa réflexion.

« Je l’ai écrit en formulant des idées et quelques propositions que je veux partager avec les guinéens et très particulièrement les universités guinéennes. C’est les lieux des débats que je souhaite avoir c’est-à-dire un débat scientifique objectif c’est au niveau des universités qu’on peut l’obtenir. C’est la raison pour la quelle je tourne autour des universités pour partager ma réflexion avec les étudiants », estime l’auteur.

Et d’ajouter, « je ne prétends pas détenir la vérité mais, j’ai ma façon de voire les choses et discuté de cette façon de voir les choses avec d’autres personnes qui on peut être l’expérience ou une vision différente. Echanger avec ses gens là permettra de faire avancer les choses ».

Dans cet ouvrage de plus de 200 pages et édité par Harmatan Guinée, l’auteur pose toutes les questions politiques et sociologiques du premier régime à l’aube du 21ème siècle. Etant un panafricaniste, l’ancien ministre Pr Baïlo Teliwel contribue par cette voie à l’évolution du pays.

« C’est le récit qui parle du contexte de la première république, puis le changement survenu à partir de 1984 jusqu’à l’aube du 21ème siècle. C’est toutes les questions politiques et sociologiques que j’essaie d’examiner et sur lesquelles j’essaie de réfléchir, » précise-t-il.

De son côté la SAJEL-GUI structure organisatrice de cette campagne de présentation du livre dans le quel l’auteur a fait une réflexion sur la Guinée indépendante a indiqué ceci : « nous avons décidé d’initier ces séries de rencontres littéraires, une façon d’accompagner Conakry, capitale mondiale du livre ».

« C’est aussi une manière de confronter les jeunes à ces littéraires pour qu’ils puissent lire et écrire. Ces séries continueront dans les universités pour toute l’année avec Pr Baïlo Teliwel et autres littéraires, » annonce Abdoulaye Toubab Millimono.

Ibrahima Sory Bah

+224 664 64 48 95

Le lundi 10 Avril 2017 à la brasserie des arts du centre culturel Franco-Guinéen, nous avons assisté à la lecture d’un texte de théâtre intitulé ‘’Les Impoligames’’. Cette activité dénommée ‘’Le café des auteurs’’ organisée par la compagnie ‘’La Muse’’ a connu la présence de nombreux jeunes et cadres guinéens et étrangers.

Le scénario raconte l’histoire de Bil, un gentleman aguerri, est époux de deux femmes. A force d’aller au bout de la satisfaction, il découvre un jour qu’il n’est plus ce qu’il était. Il est devenu sexuellement faible et ses deux femmes Sara et Ciré n’arrivent plus à supporter ce mal qui a tendance à perdurer. Elles ne sont plus tranquilles à la maison et ne cachent même plus à leur mari pourquoi elles sortent. Bil ne supportant plus cette torture décide de rencontrer Dieu pour traiter son mal. Il sait bien que pour aller voir Dieu, il y a un passage obligé, celui d’être dans un coma profond. Il décide donc de se suicider. A la frontière entre la vie et la mort, il est de justesse sauvé par ses deux femmes. En attendant qu’il se retrouve, elles transforment sa chambre en un au-delà ou Ibrahim est confronté à deux anges qui lui font faire des révélations et lui infligent des sanctions qui lui ont fait regretter d’entreprendre une telle aventure. Se rendra t-il compte de cette manigance ? En tout cas ces femmes sont condamnées à suivre cette mission jusqu’au bout qui, bizarrement donnera de la puissance,… de la puissance sexuelle à notre héros.

Visiblement satisfait de la lecture de l’extrait de son texte, Ibrahima Alsény Bangoura, IBALBA pour les intimes explique sa motivation de concevoir cette œuvre « J’ai entendu, j’ai vécu, j’ai vu. Qu’est ce qui peut changer nos cadres ? Nos intellectuels ? Et comment les faire avouer et les ramener à la raison. Qu’est ce qui peut les empêcher aujourd’hui de s’éloigner de mauvaises pratiques qui ternissent l’image de marque de nos pays. Après avoir entendu, vécu et vu, je me suis rendu compte qu’à chaque fois qu’on rappelle à quelqu’un qu’on est prédestiné à la mort, que sur le cou l’intéressé essaye de revoir sa façon de faire. En écrivant cette pièce je me dis qu’elle emmènera chaque lecteur ou chaque spectateur à faire un regard rétro-introspectif de son quotidien sur cette terre. Cette pièce est pour moi un canal dénonciateur des maux qui gangrènent notre société et des solutions archaïques et violentes qu’elle propose, sont pour moi les seuls moyens de faire changer les cadres de la société dans la quelle je vis. Trop d’injustices, de vol, de viol, de détournement, de banditisme politique,… tout cela orchestré par une certaine faiblesse recouverte dans cette pièce par la faiblesse sexuelle de l’homme qui ne parvient pas à satisfaire ses femmes. Comme pour dire que la faiblesse de nos intellectuelles, des commis de nos Etats, est la source des problèmes dans les quels nagent les peuples d’Afrique et… d’ailleurs ». Le texte ‘’Impoligames’’ ne fait pas seulement allusion aux impolis de la polygamie, mais il se sert de cette pratique pour dénoncer le caractère négatif des cadres qui cumulent les fonctions au détriment d’autres.

Ibrahima Alseny Bangoura est titulaire d’un diplôme de technicien supérieur des télécoms et a commencé sa carrière de comédien en 1997. Depuis cette date, il a écrit plusieurs textes dont la Justice en larmes, le point de presse par excellence, les cartes de l’Afrique,...

Il faut noter que cette série de lecture qui se passe actuellement à Conakry s’inscrit dans le cadre de Conakry capitale mondiale du livre d’où se tient une résidence d’écriture ‘’Spécial Univers des Mots’’ organisée par la compagnie ‘’La Muse’’ et ‘’Les paupières mobiles’’ qui regroupe les participants venus du Canada, de la France, de la Belgique, du Cameroun, du Bénin, du Liban, du Burkina Faso et de la Guinée Conakry.

Alhassane Barry

Pour se placer dans les standards de gestion d’une administration moderne, la Direction nationale des impôts a organisé un atelier dénommé "séminaire contrôle interne" aux agents de ladite direction ce mercredi 21juin 2017 à Conakry.

Aboubacar Makhissa Camara, le directeur national des impôts a tout d’abord donné une définition à l’expression "contrôle interne". Selon lui, le contrôle interne peut être défini comme l’ensemble des mesures prises au sein d’une structure qui contribue à la maitrise raisonnable de son activité par la gestion des risque qui y sont liés.

Parlant des objectifs, il a parlé entre autres d'assurer la protection et la qualité de l’information, d’assurer la conformité de ses actions vis-à-vis de l’environnement législatif et réglementaire,  et vérifier l’exacte application des instructions de la direction en vue d’améliorer ses performances.

Il a enfin signalé que le contrôle interne se matérialise par la mise en place de méthodes, de règles et de procédures internes à l’administration.

Présente a la cérémonie, Mme Nangnouma Faro, cheffe de cabinet au ministère de l’Economie et des Finances et représente du ministre du Budget se dit satisfait de cette rencontre. Car, dira-t-elle, "ce séminaire s’inscrit dans la dynamique de la modernisation de l’administration guinéenne, notamment de la mobilisation des ressources internes".  La rencontre prendra fin le 27 juin 2017 à Conakry.

Aboubacar Pastoria Camara

 

Les réformes dans le domaine des finances publiques se poursuivent. La route est longue, les difficultés ne manquent pas mais la réforme progresse. En effet, un grand pas vient encore d’être franchi vers la transparence de la gestion des finances publiques et la redevabilité de l’Etat.

En effet, pour la première fois dans l’histoire de la République de Guinée, ses comptables publics vont produire ce mois de Juin 2017 leurs comptes de gestion respectifs aux fins d’examen et de jugement par la juridiction financière compétente conformément aux textes en vigueur. Mieux encore, pour la toute première fois aussi, lesdits comptes de gestions annuels vont être produits dans les délais légaux et réglementaires.

Ce mois de Juin va donc marquer la transmission des comptes de gestion respectifs des 13 Comptables principaux de l’Etat au titre des exercices 2014, 2015 et 2016 à la Cour des Comptes. Une mention spéciale est donnée aux comptes de gestion 2016 dans la mesure où leur production, ce mois-ci marque également le respect pour la première fois des délais en la matière. En effet, la Loi Organique Relative aux Lois de Finances et Le Règlement Général de Gestion Budgétaire et de Comptabilité Publique, ont fixé le délai de production des comptes et des états financiers à 6 mois après la clôture de l’Exercice.

De quoi s’agit-il exactement ?

Il importe de distinguer dans l’esprit des citoyens les comptes de gestion des comptables publics du Compte Général Administratif et Financier de l’Etat. Ce dernier fait état du rapport entre les opérations initiées par les Ordonnateurs, c’est-à-dire ceux qui ont le pouvoir de décision et d’initiative sur les opérations publiques, et les opérations réalisées et enregistrées par les Comptables publics. Ce compte, dressé sur chiffres, par l’ACCT et le Contrôle financier après avis de la Cour des Comptes, accompagne le projet de Loi de Règlement annuel qui sera débattu et adopté au niveau de l’Assemblée Nationale, dans le cadre de son contrôle politique de l’exécution du budget de l’Etat. Ce Compte Général Administratif et Financier, du moins en ce qui concerne les exercices de 2011 à 2013 a été confectionné.

La production des comptes de gestion annuels est une obligation de tout Comptable public principal. Les textes financiers et budgétaires successifs l’ont tous consacrée. En effet, chaque Comptable public est tenu de produire ses écritures comptables accompagnées de toutes les pièces justificatives requises et nécessaires de toutes les opérations de recettes et de dépenses qu’il a réalisées au cours d’un exercice, au Juge financier qui les examine avant de rendre un jugement de quitus si la gestion est correcte, ou de débet (une sanction financière) si la gestion est entachée d’irrégularité. C’est ce mécanisme de contrôle juridictionnel de l’exécution du budget de l’Etat qui n’a pas été effectif avant. Aucun jugement touchant un compte de gestion n’a jamais été rendu jusqu’ici, et c’est justement pour rompre avec une telle situation que la réforme a été conduite.

Ce mois de juin marque donc un nouveau résultat à porter à l’actif du Chef de l’Etat dans la restauration de l’Etat de droit dans notre pays.

Source: CCG

A l'occasion de la présentation du Rapport portant sur les "Perspectives économiques régionales de l'Afrique Subsaharienne",  une étude du Fonds monétaire international, le représentant de ladite institution en Guinée a appelé les décideurs politiques et économiques à promouvoir une bonne politique monétaire. Faute de quoi, cette partie de l'Afrique, victime de la détérioration de la croissance, des conflits et de l'incidence de la sécheresse, risque de ne pas connaître de croissance dans les années à venir.

Dans cette étude publiée le 12 juin à Conakry, en présence du gouverneur de la Banque Centrale, des représentants du ministère de l'Economie & des Finances, des banquiers, des universitaires, des représentants de la Banque Mondiale, et de l'Agence Française de Développement, il est mentionné qu"'en 2016, la croissance s'est ralentie dans environ deux tiers des pays de la sous-région, totalisant 83% du PIB régional". "Cela représente, indique le Rapport du FM, la plus faible performance en plus de vingt ans".

A la cérémonie d'ouverture, le gouverneur de la BCRG, Dr Louceny Nabé, a expliqué que l'Afrique subsaharienne est confrontée à des sérieux obstacles que sont "l'insécurité récurrente, l'incidence de la  sécheresse, les conflits, etc". Face à cette situation alarmante, il appelle les Etats de cette région de l'Afrique à promouvoir une "politique monétaire prudente". Faute de quoi, estime-t-il, la détérioration de la croissance ne fera que s'accentuer.

Pour sa part, José Suleman, le représentant du FMI en Guinée a rappelé que chaque année son institution présente deux rapports.  Selon lui, l'autre obstacle de la croissance africaine, c'est "l'environnement sécuritaire". Le représentant du FMI a noté que cette région de l'Afrique connaît un déficit budgétaire important, une accumulation de la dette et une dépréciation des monnaies nationales face aux devises étrangères.

Après 15 ans de croissance, ces facteurs ont amené le ralentissement généralisé de la croissance en Afrique subsaharienne et un ajustement structurel sévère.

Le chef de cabinet du ministère de l'Economie & Finances, le Dr Condé a déploré pour sa part, la réduction des investissements privés et la baisse des prix des principales denrées d'exportation à savoir l'or, le diamant et le fer au niveau du marché international.

A la clôture de la cérémonie de présentation, le gouverneur de la BCRG a indiqué, au regard de tous les obstacles auxquels l'Afrique subsaharienne est confrontée, qu'il faut trouver un "équilibre entre l'accumulation de la dette et les investissements". Il faut aussi, explique-t-il, investir dans l'éducation et la formation.

En conclusion, le Dr Louceny Nabé appelle à veiller à l'endettement, à améliorer la croissance et à choisir les domaines d'investissements pour avoir plus d'impacts.

Amadou Kendessa Diallo

664 24 54 78

 

Ce lundi, 19 juin 2017, c'est le début des examens scolaires en République de Guinée. Les candidats au certificat d’études élémentaires (CEP)  ont entamé les épreuves ce matin en présence des autorités scolaires et gouvernementales sur toute l’étendue de territoire national.

La commune de Matoto, à l’instar des autres communes de la capitale, a lancé ce matin, la première  épreuve de l’examen de certificat d’études élémentaires(CEP) appelé examen d’entrée en 7ème année. C’est l’école primaire Aicha Bah sise dans le quartier Yimbaya qui a servi de cadre au lancement des épreuves.

Ils sont au total 19 135 candidats dont 9 766 filles repartis entre 59 centres y compris franco-arabe.

M. Fodé Sylla, le directeur communal de l’éducation de Matoto par intérim a expliqué les mesures prises par sa direction pour la réussite cet examen en particulier et ceux nationaux en général.

Présent à la cérémonie de lancement, Sanoussy Bantama Sow, le ministre conseiller à la présidence s'est réjoui des dispositifs pris pour le bon déroulement de cet examen, avant de souligner que le nombre filles dépasse celui des garçons.

Il a enfin rappelé que le ministre de l’enseignement pré-universitaire a déjà formulé sa plainte contre x pour toute tentative de fraude.

A signaler  que les candidats traiteront les sujets de rédaction et de géographie au compte de cette première journée et la fin de l’examen de certificat d’études élémentaires est prévue le mercredi 21 juin 2017 sur toute l’étendue de territoire national.

Aboubacar Pastoria Camara

A seulement quelques semaines de la date indiquée pour le démarrage des examens nationaux session 2017, les candidats et les encadreurs s’activent dans les derniers réglages. En ce jour, les établissements d’enseignement pré-universitaires sont dans une course de fond à travers les cours de révision ou les cours de rattrapages.

Pour en savoir sur le niveau des préparatifs des ses examens nationaux, notre reporter s’est rendu dans certains établissements de la capitale. Partout dans les établissements visités, élèves et enseignants sont unanimes sur l’état d’avancement des préparatifs.   

Pour  Mamadou Bah, Directeur des Etudes d’une école privée de la capitale, les préparatifs vont bon train. « Nous travaillons dans une parfaite collaboration avec nos candidats, depuis le début de l’année scolaire. Les enfants viennent régulièrement suivre les cours ainsi que les cours de révision. On ne leur donne pas du tout le temps d’aller pagailler parce que nous savons tous combien de fois l’éducation est importante », déclare-t-il, avant d’ajouter ceci : « si vous voulez concurrencer  les autres, il faut travailler, il ne faut pas  attendre dans les classes d’examens, tout doit commencer  très tôt c’est ce que nous faisons ici ».

S’agissant de la question de la suppression des notes des cours  M. Bah se dit serein et convaincu du niveau de ses candidats. « Même si la décision du ministre a sonnée comme une bombe dans les différents établissements scolaires, mais ici dans notre école, nous sommes sereins et convaincus de nos candidats. D’ailleurs moi personnellement j’approuve la décision du Ministre, imaginez dans certaines écoles, il y a des élèves qui partent avec 17 de moyennes, étant donné qu’ils ne méritent pas 8 de moyenne », fustige-t-il.

Abordant dans la même lancée, Amadou Keita Professeur de français a rassuré en ces termes : « ici dans notre groupe scolaire comme d’habitude les programmes tendent vers la fin, tous les candidats y compris nous professeurs nous sommes bien préparés. En ce qui concerne la suppression des notes, ça  ne crée aucune panique, chacun est conscient de la cause de la suppression de ces notes, et ça ne va rien changer au niveau mental des nos élèves, ils sont sereins et motivés ».

Pour  Elhadj Mamadou Diallo, candidat au baccalauréat, dit être prêt à affronter le bac et optimiste de l’avoir. Par la même occasion,  il soutient la décision du ministre pour la suppression des notes des cours. « La suppression des notes des cours est une très bonne chose pour moi parce qu’il y avait un problème au niveau des écoles privées qui amenaient ses candidats avec des notes imaginaires, juste pour le succès de leurs écoles », dénonce ce candidat.

Quand à Alpha Ibrahim Souaré un autre candidat au baccalauréat, lui conçoit mal la suppression des notes des cours. Il dira que la suppression des ces notes est une très mauvaise nouvelle pour  les candidats, parce que selon lui cette suppression va beaucoup jouer sur eux. Et il previent qu’il aura beaucoup d’échecs.

Amadou Tidiane 2 Bah

En marge du projet ‘’Conakry Capitale mondiale du livre’’, le ministère des sports, de la culture et des patrimoines historique en collaboration avec la structure More & More organise une caravane de lecture dénommée ‘’les livres en marche’’. Après la première étape à l’Université Mohamed VI et au lycée Léopold Senghor, c’est le tour du SOS villages d’enfants Guinée sise dans la commune de Matoto d’abriter la deuxième étape ce dimanche 07 mai 2017. 

Selon les organisateurs, l’objectif visé de cette caravane est de faire la promotion du livre et de la littérature en faisant participer les enfants à la lecture, leur donner le goût de la lecture, mais aussi éveiller les talents cachés des enfants/élèves en leur donnant l’opportunité de lire en publique.  Cette journée de caravane de lecture a été marquée par des déclamations de poèmes, des lectures publiques et théâtres faits par les enfants du centre SOS village d’enfants de Guinée.

Le directeur du SOS village d’enfant, Fadjimba Tounkara  s’est félicité du choix de son centre pour abriter la deuxième étape de cette caravane de lecture. Avant de souligner que l’organisation de cet évènement est l’expression réel que les initiateurs ont vis-à-vis de l’éducation et à l’épanouissement des enfants en les apportant à lire.    

Présidant la rencontre, le ministre des sports, de la culture et des patrimoines historique, Siaka Barry,  s’est réjouit de l’encadrement de cet orphelinat SOS village d’enfants Guinée.

« Nous avons découvert ce village d’enfants et nous avons été frappés par la disponibilité non seulement de cet encadrement mais aussi la bonne tenue de ces enfants. Nous avons trouvé qu’un cadre familiale a été recréé pour ces enfants afin de leur redonner leur équilibre mental et psychologique. C’est à cela aussi participe cet évènement Conakry Capitale mondiale du livre», déclare Siaka Barry.

« Le livre restaure l’équilibre mental, il forge en l’enfant l’amour non seulement de la lecture mais aussi de la citoyenneté et c’est de cela que nous avons besoins aujourd’hui dans notre pays », ajoute-t-il.

Siaka Barry a aussi exprimé sa satisfaction sur l’engouement que les encadreurs et les enfants du SOS village d’enfants ont eu autour de la lecture. « Vous avez vu tout de suite les séances de lecture publique effectué par les enfants eux même, les séances de compte auquel moi-même j’ai participé mais pas en tant que ministre mais en tant que ancien éducateurs. Nous somme satisfait de cette étape et nous prions que les autres étapes seront à l’image de celle de SOS », sollicite le ministre des Sports.

Ibrahima Hôre Saala BAH

+224 664 64 48 95

 

Les fidèles musulmans guinéens à l'instar de leur co-religionnaires du monde ont célébré l'Aïd El fitr le dimanche 25 juin dernier. Comme d'habitude, Alpha Condé en compagnie de certains membres du gouvernement a fait ses prières à Sékhoutoureya, où il a promis de mettre en oeuvre le sermon de l'imam. Par ailleurs, le président de la République reconnait la souffrance de la population.

Dans son sermon, le grand imam de Fayçal a déploré le comportement de certains citoyens guinéens, qui s'attaquent à l'autorité de l'État. Selon Elhadj Mamadou Saliou Camara, c'est un manque d'éducation. Plus loin, le grand imam a égrené quelques mauvais comportements avant d'appeler au respect des autorités.

Pour sa part, en peu de mots, le président de la République a, d'entrée, reconnu la difficulté qu'éprouve sa population pendant le mois de ramadan.

"Le ramadan n'est pas toujours facile. Nous allons faire pour que dans les années à venir, ça soit de plus en plus facile", promet Alpha Condé. Parlant du sermon de l'imam, le Chef de l'État espère que "tout le monde va écouter le sermon du grand imam, qui dit que les gens doivent respecter la loi et qu'il interpelle le gouvernement pour que le gouvernement applique de façon sévère", a t-il indiqué avant de renchérir "il a parlé aussi de l'indiscipline des chauffeurs. C'est pourquoi, nous avons prévu les états généraux sur la circulation aussi des comportements des policiers. Tout ça, nous aurons l'occasion de débattre avec tout le monde afin que la loi s'applique de façon rigoureuse et qu'il y ait moins d'accidents en Guinée", souligne Alpha Condé.

Amadou Sadjo Diallo

Pour accompagner le projet ‘’Conakry capitale mondiale du livre’’, l’ambassade du Japon en République de Guinée s’engage à construire cinq points de lecture dans la commune de Dixinn. La cérémonie de signature s’est déroulée ce mardi 13 juin 2017 à sa résidence à Dixinn.

C’est un projet d’un montant de cent-quarante-sept mille quatre cent dollars (147 400$), soit environ un milliard trois cent quarante-un millions de francs guinéens. Ce montant permettra à la construction et à l’équipement de ces cinq points de lecture dans ladite commune.

Ces points de lecture seront construits dans les quartiers de Kenien, Dixinn mosquée, Hafia minière2, Dixinn centre 2 et Landréah.

Dans sa communication, SEM Hisanabu Hasama, l’ambassadeur du Japon en République de Guinée a signalé que cet événement n’est pas seulement  pour la Guinée. Le gouvernement japonais est prêt à accompagner le commissaire dans son combat.

De son coté, Sansy  Kaba  Diakité, commissaire général de Conakry capitale mondiale du livre, s'est réjoui de ce don. I a promis au donateur que les jeunes de Conakry et ceux de la commune de Dixinn s’intéresseront obligatoirement à la lecture.

Il a ensuite lancé un appel aux autres ambassades d’imiter  le diplomate du Japon avant de  remercier les responsables de ladite commune.

A noter que ces centres de lecture seront équipés par l’UNESCO.

Les différents axes routiers de la Guinée continuent d’endeuiller des familles à Conakry et à l'intérieur du pays. Pour preuve, un autre accident de la circulation vient de se produire ce samedi 10 juin 2017, entre Kindia-Mamou précisement dans la localité de Kolenten. Au moins trois personnes ont perdu la vie dans ce nouvel accident  apprend-on par le journaliste Caleb Kolié sur sa page Facebook.

Selon nos informations, c’est un bus de transports commun dénommé ‘’Etoile de Kissidougou’’ immatriculé RC 7077-Q en provenance de Conakry pour Kissidougou qui s’est renversé au niveau de la sous-préfecture de Kolenten dans la préfecture de Kindia.  

Le bilan provisoire fait était de trois morts et plusieurs blessés dont des enfants annonce notre confrère Caleb Kolié sur sa page Facebook. « Je viens à peine de coïncider avec un accident entre Kindia et kolenten. Un bus de transport s'est renversé. Bilan provisoire : 3 morts, plusieurs blessés et des enfants encore sous le véhicule », a-t-il posté.

Sur les vidéos postées par notre confrère, on constate que les victimes qui sont sorties indemne de l’accident et certains agents de la sécurité présent sur les lieux du drame s’activent pour extraire ceux qui sont sous le véhicule.

Mohamed Sylla

Pour lejourguinee

RSS Feed

Registration

Alpha Condé monte sur le ring : « Vous voulez l’affrontement ? »

Global Alumine

Joignez-Lejourguinée-Facebook

Maison de Presse Guinée

Maison de Presse

Partenaires

guineenouvelle
   
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account