La population de la sous-préfecture de Bossou dans la préfecture de Lola est en deuil suite à la mort naturelle de la grand-mère de la communauté des Chimpanzés de Gban, samedi, 18 mars 2017, raporte l’AGP.

Ce chimpanzé, du nom de Vélou, est né en 1959 et a vécu avec sa famille pendant des décennies dans les montagnes de Gban, qui planent sur le village Bossou en Guinée Forestière.

Ce sont les pleurs des autres membres de sa famille qui ont attiré l’attention des guides. Ainsi, le corps de cette vieille de 58 ans a été trouvé au sud du mont Gban.

A l’annonce, une équipe de guides, composée de responsables de l’Institut de Recherche Environnementale (IRE) de Bossou, dirigée par Boniface Logbéla, a fait le déplacement pour amener le corps dans l’enceinte dudit institut, où attendaient les autorités locales, les sages et une forte mobilisation de la jeunesse.

Ces chimpanzés qu’on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde, vivent en famille et ne s’accouplent pas entre eux, parce qu’ils se considères comme étant des frères et sœurs.

C’est bizarre, au moment où les responsables de l’IRE de Bossou présentaient les condoléances d’usage, deux (02) jeunes chimpanzés ont fait leur apparition, puis retournés dans les montagnes.

Ainsi, tous les honneurs ont été accordés à cette grand-mère Vélou avant d’être enterrée dans l’enceinte de l’Institut.

A noter, qu’il ne reste, de nos jours, que sept (07) chimpanzés, dont 04 femelles.

Paix à l'âme de la Vielle Vélou Amen!

AGP

Marrakech, le 18 Novembre 2016 - Au cours d’une cérémonie solennelle qui s’est tenue le 15 Novembre dernier à Marrakech, la Guinée a officiellement rejoint les pays membres de l’Alliance Solaire Internationale (ASI).

C’est le Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Cheick Taliby Sylla, qui a paraphé cet accord cadre au nom du Président de la République. C’était également en présence de Ségolène Royal, Ministre française de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat et Shri Anil Madhav Dave, Ministre indien de l’Environnement, de la Forêt et du Changement climatique.

Pour le Ministre Cheick Taliby Sylla, il s’agit de « s’approprier des outils contenus dans cette alliance afin de continuer à faire émerger l’utilisation d’énergie solaire dans notre pays », avant de féliciter les initiateurs. Pour la Présidente de la COP21, Ségolène Royal, la matérialisation de la signature de ces pays dans le cadre de cette alliance constitue une « avancée majeure dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris ».

Pour rappel, c’est à l’initiative de la France et de l’Inde, lors de la COP21, que cette Alliance a vu le jour. Elle a pour ambition d’opérer « un changement d'échelle dans le déploiement d'énergie solaire et favoriser la baisse de son coût dans les régions à fort ensoleillement, situées entre les tropiques du Cancer et du Capricorne, à travers une meilleure harmonisation et agrégation de la demande ».

Elle vise ainsi à rassembler, sur une base volontaire, 121 pays -avec les taux d’ensoleillement qui permettent théoriquement un prix d’énergie solaire le plus bas- et des organisations multilatérales, le secteur privé et la société civile.

Les pays membres de cette Alliance souhaitent notamment développer deux programmes visant à mobiliser plus de 1 000 milliards de dollars d’investissements dans le solaire photovoltaïque d’ici à 2030 et à déployer des applications solaires à usage agricole (pompes à irrigation, centrales de refroidissement de lait, etc.). L'Alliance solaire s'articule également avec l'initiative africaine pour les énergies renouvelables coordonnée par le Président Alpha Condé.

La Cellule de Communication du Gouvernement

 

Marrakech -La 22e session de la Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, dite COP22, a ouvert ses portes, lundi 7 novembre 2016, à Marrakech, au Maroc.

Pour mieux plaider la cause et porter haut la voix de l’Afrique et de ses 54 pays, un Pavillon Afrique se dresse en zone bleue, au cœur de l’espace dévolu aux négociations de haut niveau et géré par les Nations Unies. Le pavillon est organisé conjointement par la Banque africaine de développement (BAD), la Commission de l’Union africaine (CUA), la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

Il incarne le front uni qu’entend présenter continent africain dans les négociations internationales, afin de mieux défendre ses intérêts et la détermination du continent à agir face aux enjeux du changement climatique.

C’est aussi un lieu de rencontres et un espace de débat et d’informations. Durant les deux semaines de la COP22, le Pavillon Afrique affiche un programme dense et varié (tables-rondes, conférences, rencontres bilatérales), qui décline les problématiques du changement climatique spécifiques au continent africain – adaptation et atténuation, industrialisation verte, agriculture, transports, santé, eau et assainissement, mais aussi biodiversité et innovation…, entre autres.

Aux premiers jours de la COP22, le Pavillon Afrique, dont l’architecture et le mur végétal font sensation au sein du village COP22, a notamment reçu la visite de la présidente de la COP21, par ailleurs ministre française de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, Ségolène Royal, ainsi que celle de Salaheddine Mezouar, président de la COP22 et ministre des Affaires étrangères au Maroc. Plusieurs chefs d’Etat et hauts responsables africains sont également attendus sur les lieux, à l’occasion de la semaine de haut niveau de la COP22, notamment pour la Journée de l’Afrique, mercredi 16 novembre 2016.

Cette COP22 est la quatrième COP à se tenir sur le sol africain et la deuxième au Maroc. Une opportunité pour mettre l’accent sur les besoins et les propositions du continent, l’une des régions les plus vulnérables au monde face au changement climatique. Il lui est essentiel de veiller à ce que les ambitions et responsabilités mondiales établies en matière de lutte contre le réchauffement climatique soient révisées à la hausse, particulièrement à travers un financement planifié, pour encourager un développement sobre en carbone et résilient au changement climatique, conformément aux objectifs de développement du continent et ses priorités.

La COP22 entend surtout être la COP de l’action, celle qui engagera la mise en œuvre concrète des engagements entérinés dans l’Accord de Paris, entré en vigueur le 4 novembre 2016.

Source: BAD

Dans le cadre de la COP22, l’association TRAVIVE (Tous pour Rabat Ville Verte) a exposé sa Toile Géante, ce 9 novembre 2016, à Marrakech, précisément dans l’espace ArtCop22 dans la Zone Verte réservée à la société civile. Cet événement artistique inédit, ouvert à tous les visiteurs, a offert l’opportunité à des centaines de participantes et participants d’y inscrire un message en relation avec la préservation de l’environnement et la lutte contre les Changements Climatiques.

« L’objectif de cette toile est de laisser une archive aux participants qui rappellera l’engagement de tous pendant la COP22 à Marrakech », confie Aïcha Detsouli, Présidente de l’association TRAVIVE et membre de la Coalition marocaine pour la justice climatique (CMJC).

« L’exposition de la Toile Géante est un événement artistique majeur qui permettra à celles et à ceux qui ont laissé leur message signé et leur empreinte sur cette œuvre picturale de faire connaître leurs préoccupations aux négociateurs de la COP22 et aux décideurs marocains et internationaux », ajoute Malika Madani, Vice-Présidente de l’association TRAVIVE.

Artiste d’un jour, Abdelghani Maroufi, Président de l’Association Marocaine pour la Protection de l’environnement et du Climat (ASMAPEC), a écrit en arabe sur cette toile « Protéger notre climat, c’est protéger la Terre…Nous sommes ici à la COP22 pour y participer, comme toute la société civile, et plaider pour la lutte contre les effets des changements climatiques » .

Cette toile de 10mx7m, labellisée par le comité scientifique de la COP22, sera bientôt reproduite sous différentes formes : tableaux, cartes de vœux, marque-pages, timbres…

Une autre toile sera réalisée, dans le même esprit, le 10 novembre 2016, avec les enfants de l’école Auguste Renoir de Marrakech, histoire de sensibiliser la jeunesse au Maroc à la nécessité vitale de préserver son environnement.

Trois autres toiles ont déjà été réalisées par l’association TRAVIVE à l’occasion de la MedCOP de Tanger et des PréCOP d’Oujda et de Rabat. Les toiles de ces deux dernières PréCOP sont affichées sur les grandes façades du Théâtre Royal de Marrakech, et ce, pendant toute la durée de la COP22.

Créée en 2010, TRAVIVE (« Tous pour Rabat ville verte ») est une association engagée dans la protection de l’environnement. Son projet de toile géante a reçu le soutien de la Délégation Interministérielle des Droits de l’Homme (DIDH) du Maroc. L’association est en train de développer, à l’occasion de la COP22, le réseau « Greening Madinati » (« Verdir ma ville »), un réseau qui ambitionne de regrouper toutes les associations de villes vertes du Maroc, du Maghreb et du reste de l’Afrique.


e

Plus d'articles...

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account