Le nouveau président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, a pris fonction, hier jeudi 17 Août. Le hall du siège de l’institution sis au quartier Cameroun dans la commune de Dixinn a servi de cadre à La cérémonie de passation de témoin présidée par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le Général Bouréma Condé.

Ont pris part à cette rencontre l’ancien président de la CENI, Lounsény Camara, actuel Ministre de la Ville, de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme, l’Ambassadeur représentant de l’Union européenne, Grerdus Giellen, le coordinateur du système des Nations unies, Cheik Fall,  le préfet de Siguiri, Ibrahima Kalil Keita, ancien vice-président de la CENI, le Haut commandant de la gendarmerie, le Général Ibrahima Baldé, les commissaires des démembrements de la CENI de Conakry, ainsi que le personnel d’appui fortement mobilisé.

D’entrée, le porte-parole du personnel d’appui, Mamadou Bah, a remercié le président sortant Bakary Fofana, pour le travail accompli ces cinq dernières années durant lesquelles une administration électorale performante a été mise en place. Il a salué les efforts fournit dans le cadre du renforcement des capacités ainsi que de l’organisation des élections législatives et présidentielle.

Plus loin, Mamadou Bah a félicité Me Amadou Salif Kébé pour son ascension à la tête de l’institution. Il a mis l’occasion à profit pour réitérer l’engagement du personnel d’appui à travailler sans relâche pour mériter la confiance placée en eux. « Nous nous engageons à fermement à accompagner les commissaires dans l’organisation des futures élections avec professionnalisme dans l’équité, la transparence et l’inclusivité pour la construction de la démocratie et de la paix » a conclut M. Bah

Le président sortant de la CENI a dans son intervention, rendu hommage à ses prédécesseurs. Bakary Fofana se félicite des acquis dont entre autre l’organisation des élections législatives en 2013 et la présidentielle en 2015, le renforcement des capacités des acteurs du processus électoral notamment les commissaires, le personnel d’appui, les medias, les députés, les préfets et gouverneurs. Il a ensuite rappelé certaines contraintes auxquelles il était confronté dès son installation en 2012. Il s’agit selon lui des incertitudes sur les législatives, la méfiance entre les acteurs politiques, la crise au sein de l’institution électorale et la remise en cause des dispositions légales applicables aux élections. Bakary Fofana a enfin remercie l’ensemble des membres de la CENI, les partenaires techniques et financiers, la société civile pour leur accompagnement avant de saluer la mémoire des commissaires décédés.

Après avoir remercié les commissaires, le nouveau président de la CENI rend grâce à Dieu et fait observer une minute de silence en la mémoire des commissaires décédés. Il s’agit des feux Yaya Kane, Dr Ibrahima Diallo, Maxime Koivogui et Alpha yéro Condé. Maître Amadou Salif Kébé rassure les parties prenantes au processus électoral notamment les partis politiques, le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, les partenaires techniques et financier. Il a indiqué que  ce 17 Août 2017 est, pour l’ensemble des commissaires et travailleurs de la CENI toute catégorie confondues, un  jour exceptionnel qui marque la consécration d’une lutte découlant d’un sursaut de prise de conscience de tous les membres de notre grande famille CENI.

«Nous commissaires, rappelle-t-il, avons ensemble et en toute responsabilité osé le 4 juillet 2017 un acte souverain. Celui d’organiser une assemblée plénière élective en utilisant les dispositions légales, l’article 17 de la loi portant création, organisation et fonctionnement de la CENI, qui a porté ma modeste personne à la tête de notre institution. Ce n’est pas un mérite personnel mais de l’ensemble des commissaires ».

Pour M. Kébé la CENI a une responsabilité et une mission régalienne à accomplir face au peuple tout entier. Celle de la promotion et de l’enracinement de la démocratie dans notre pays. Une telle mission noble ne peut être accomplie que lorsque la stabilité, la cohésion, l’exclusivité et la confiance mutuelle entre tous les membres de l’institution sont assurées.

Amadou Salif Kébé déclare que «  le concept indépendance de la CENI doit être clarifié. Cette indépendance ne peut être effective en évoluant à vase clos au risque de n’aboutir qu’à l’effet contraire. C’est pourquoi nous rassurons tous nos partenaires et particulièrement le MATD, les partis politiques notre disponibilité à aller d’avantage vers eux pour des consultations, des séances de travail quand c’est nécessaire.  Pour recevoir et donner des appuis quand il le faut et pour faire participer, faire observer et informer. Le tout en parfaite conformité avec les lois en vigueur ». Pour se faire, poursuit-il, il y a lieu de donner une nouvelle dimension à notre plateforme d’échange qui est le comité interpartis (CIP). Il s’agira pour nous de bâtir des valeurs autour des axes stratégiques dans le renforcement de la gouvernance interne, de promotion de la participation citoyenne indispensable à la transparence et à la bonne conduite des opérations électorales.

 « Le renforcement de la gouvernance interne, soutient-t-il, passe nécessairement par la réactualisation du règlement intérieur et la poursuite du renforcement des capacités de tous les travailleurs, l’humanisation de la gouvernance interne et la mise en confiance des travailleurs font partie de notre préoccupation. Nous rassurons le Chef de l’Etat de l’engagement de la CENI à être à l’avant-garde dans la promotion des bonnes relations avec toutes les autres institutions de la République sans enfreindre au principe de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs ».

Le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, a remercié le président sortant, Bakary Fofana « qui, au cours des cinq années passées à la tête de la CENI, a eu à son actif l’organisation de deux élections majeures et capitales pour notre pays ».

Le Général Bouréma Condé a salué la foi avec laquelle Bakary Fofana a su affronté les nombreux défis qui interpellent notre système électoral national dont les multiples méandres ont toujours été truffés d’embûches.

Le ministre a rappelé que cette crise majeure dont les conséquences auraient pu impacter le cheminement normal de la jeune démocratie vient d’avoir un dénouement heureux au sein de la CENI. Il a remercié et félicité les commissaires pour la maturité et la sagesse qui ont prévalu durant cette crise. « Vous prenez les commandes de cette institution dans un contexte que vous appréciez déjà mieux que quiconque. Vous garderez permanent dans votre esprit et ce dans chaque décision ou acte que vous poserez désormais ce contexte. Nul doute que vos qualités exceptionnelles de conciliateur et votre bonne capacité d’écoute vous seront utile aux commandes du navire CENI. Votre leadership et votre sens managérial vous permettront de galvaniser toutes les énergies et de valoriser toute l’expertise que recèle votre institution afin de renforcer l’unité d’action pour concrétiser l’appel qui vous a été solennellement lancé par le Président de la République, l’organisation dans les meilleurs délais des élections locales dans notre pays », a-t-il indiqué.  

Bouréma Condé invite le nouveau président de la CENI à développer un partenariat dynamique et inclusif avec tous les acteurs et intervenants dans le processus électoral dans le strict respect des obligations légales des uns et des autres. 

La cérémonie a pris fin par la signature du procès-verbal et l’installation du nouveau Président de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, dans son bureau.

Alhassane Barry

 

 

 

 

 

 

    

  

 

 

Sans un cas de force majeure, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) va rencontrer vendredi la classe politique au palais du peuple, a appris notre rédaction. Cette rencontre s'inscrit dans le cadre de l'évolution de la mise en application de l'Accord global du 20 août signé par la mouvance et l'opposition sous la médiation de la communauté internationale.

La Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) a fait mercredi le compte rendu du Comité inter-partite et donné des informations sur l’évolution du processus électoral en Guinée. L’institution en charge de l’organisation des élections en Guinée par la voix de son porte-parole a annoncé quelques aides apportées par les différents partenaires.

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account