Société/Sport : Des moments de crises et de réussites, la Guinée en a connu en 2018

Société

Sur le plan social

Cette année 2018, deux crises majeures ont secoué le pays : la grève des enseignants qui continue de paralyser le système éducatif guinéen et celle liée à la baisse du prix du carburant qui n’a été que de courte durée.

Du bras de fer gouvernement-enseignants

Après avoir suspendu sa grève au mois de mai, le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) a relancé son mot d’ordre de grève le 03 octobre dernier. Les enseignants réclament un salaire de base de 8 000 000 GNF. Cette fois-ci, pour casser le mouvement de grève, l’exécutif opte pour la fermeté en gelant le salaire des grévistes tout en menaçant de les licencier. Nonobstant plusieurs médiations entamées par des personnalités religieuses et des sages du pays, la crise s’enlise du jour au lendemain. Ces derniers jours, les enseignants à travers des marches de protestation, demandent même le départ du Premier ministre qu’il accuse d’entretenir cette fermeté du pouvoir, alors qu’un risque d’année blanche pèse dans le pays.

De l’échec de la lutte pour la baisse du prix du carburant

Au mois de juillet, les syndicalistes appuyés par les organisations de la société civile déclenche une grève générale pour le retour du prix du litre du carburant à la pompe à 8 000 GNF. Ce, après une augmentation de 25% du prix du litre, le 30 juin, par le gouvernement. Plusieurs marches de protestation sont organisées dans le pays, mais le gouvernement ne décampera de sa position. Le litre continue d’être vendu à 10 000 GNF à la pompe.

Procès du 28 septembre : l’espoir renait

S’il y a une période marquée par un grand espoir chez les victimes pour la tenue du procès depuis le massacre du 28 septembre 2009, c’est cette année, nous confiait une victime. Ce, après le choix du lieu qui doit abriter le procès. Lors d’une rencontre avec le comité de pilotage pour l’organisation du procès du massacre du 28 septembre 2009, le 19 octobre 2018, le ministre de la Justice guinéenne annonce que c’est la salle du Cinéma Liberté qui va abriter le procès. Même si Cheik Sako ne donne pas une date, mais dévoile le budget qui doit être alloué à ce procès. «Le budget prévisionnel est de 78 milliards de francs guinéens dont 77% provenant de l’Etat guinéen », avait-t-il indiqué.

Le congrès de l’USTG se tient enfin

Après une année de report, le congrès de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG), a eu lieu du 19 au 21 novembre, au cours duquel Abdoulaye Sow de la FESABAG a été élu nouveau secrétaire général, secondé par Aboubacar Soumah du SLECG. Juste après son élection, le nouveau bureau de la plus grande centrale syndicale guinéenne promet d’être plus efficace que ses prédécesseurs pour la lutte en vue d’une amélioration des conditions de vie des travailleurs Guinéens.

Accidents de circulation

Parmi les évènements qui ont attristé les Guinéens en 2018, ce sont les pertes en vie humaines enregistrés dans les accidents de circulation qui ont endeuillé plusieurs familles. Les pertes les plus lourdes sont survenues à Mamou, le 05 décembre faisant 18 morts et le lendemain, dans la même ville, un autre faisait 6 morts. De passage, rappelons l’accident de Matoto qui a couté la vie à notre confrère Abdoulaye Bah du site d’information guineenews.com et correspondant de l’Agence de Presse Africaine (APA), qui avait peiné les Guinéens. Acteurs politiques, de la société civile et citoyens, ont salué la mémoire d’un journaliste courageux et crédible.

Sur le plan sportif

La qualification du Sily national pour la Coupe d’Afrique des nations 2019 a été l’évènement le plus joyeux que le pays d’Alpha Condé a eu en matière de sport. Même s’il reste un match en phase éliminatoire à jouer, le Sily national occupe déjà la première place avec 11 points, et sera bien en compétition à la CAN après avoir manqué celle de 2017.

Par ailleurs, le vote guinéen pour l’attribution de la Coupe du monde 2026 a suscité des polémiques dans le pays. Des documents publiés sur les réseaux sociaux montrent que la Guinée a voté pour les Etats Unis d’Amérique en défaveur du Maroc. Du coup, le président de la Fédération Guinéenne de Football, Antonio Souaré a reçu de sévères critiques, lui rappelant l’hospitalité des Marocains, avec le déroulement des matches du Sily national pendant la période d’Ebola. Cependant, dans une déclaration, ce dernier a démenti l’information. Selon M. Souaré, la Guinée a bel et bien ‘’voté’’ pour le Maroc.

Sadjo Diallo

+224 624 37 26 68

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account