Fête de l’indépendance: le  FRCI rappelle les valeurs de la 1ère République

Politique

En prélude de la célébration de l'an 60 de l'indépendance guinéenne, le 02 octobre prochain, le  Front Républicain et Citoyen (FRCI) a organisé un symposium ce vendredi au palais du peuple. Commémorer la date historique du NON de la Guinée qui sera suivie  de la date de la proclamation de l’indépendance est l’objectif dudit symposium placé sous le thème « Guinéens unis pour la réhabilitation de la mémoire collective dans la perspective d’une véritable réconciliation nationale ».

 

Pour la circonstance, Sankon Mohamed, le Coordinateur du FRCI souligne que  la date du 28 septembre 1958 rappelle la mémoire des grandes figures héroïques du passé glorieux de la République de Guinée comme  Ahmed Sékou Touré, Saifoulaye Diallo, Lansana Beavogui, Hadja Mafory Bangoura, M’balia. « Ces derniers devraient inspirer les générations actuelles et futures pour continuer leur œuvre salvatrice, pour consolider l’unité nationale, la cohésion sociale, la paix, la solidarité au sein de la société guinéenne », indique le coordinateur FRCI.

Faisant une rétrospective, M. Sankon soutient qu’aujourd’hui, on constate une dégradation et une fragilisation de l’héritage de l’unité nationale léguée par nos illustres devanciers. « Les Guinéens sont divisés par l’égoïsme, la cupidité, par l’ambition personnelle, par l’ethnocentrisme et le régionalisme », a-t-il dénoncé.

Appelant à  un changement de mentalité, le Coordinateur du FRCI estime  que les Guinéens devraient s’unir, se rassembler et refonder la République sur la base de la reconstruction de l’unité nationale, de la solidarité, de la fraternité, de la paix, de la justice et de la cohésion sociale entre tous les fils et  filles  de la Guinée sans distinction ethnique et religieuse.

Pour sa part, Mandifing Diané, ancien ministre note que c’est  un jour de grande satisfaction, à 36 ans Sékou Touré et ses compagnons, ont amené la Guinée à l’indépendant. En plus, l’histoire commence à donner raison à sa prophétie. « Je ne pourrais pas vous dire la page exactement mais je pourrai vous donner l’esprit de cette page. Il a dit dans cette prophétie qu’il y aura un moment dans la vie de ce peuple, les militaires vont prendre le pouvoir, il a prédit que cette période sera très atroce pour le peuple de Guinée.

 Il a prédit dans cette page qu’après cette période de passage militaire, les civiles prendront le pouvoir. Il a prédit que ça serait des périodes très agitées. Il a conclu que cette période se terminera par le réveil des jeunes. Il affirme la révolution  sera toujours en agonie jusqu’à cette période.

Elle ne mourra pas. C’est cette jeunesse qui va réveiller la révolution guinéenne et mettre la Guinée sur la voie. Si je vois aujourd’hui des jeunes de 20 à 36 ans  me donner des sujets de réflexion, je ne peux que remercier Dieu de voir cette réalité »,  confie-t-il.

Pour sa part, Saran Daraba, ancienne ministre dit que le flou artistique qu’on  entretient autour du passé récent de notre pays, sans jamais  publier les archives  pour avoir un débat serein sur le bilan de la première République a été un grand mal. « Dès que le Président Ahmed Sékou Touré est mort, on s’est lancé dans une campagne de dénigrement qui ne faisait d’ailleurs suite à la campagne de désinformation qui avait eu coup lors de son règne et je l’ai dit au palais du peuple. Ici, la désinformation a fait que quand vous entendez des commentaires sur la Guinée à l’extérieur vous avez l’impression que le pays va flamber demain », fustige-t-elle avant de féliciter ces organisateurs pour  la belle initiative de mettre lumière sur nos passés et préparer bien la nouvelle génération pour une Guinée émergente où toutes les filles et fils vont se reconnaitre.  

Aboubacar Pastoria Camara     

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account