Plénière de l’opposition du 12 septembre : voici les 8 points abordés par les adversaires du régime Condé

Politique

L’opposition républicaine était en conclave ce mercredi 12 septembre 2018 au QG de l’UFDG. Huit sujets d’actualité sociopolitiques et économiques ont été abordés lors de cette plénière. Au sortir de la rencontre, c’est le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo qui a fait le compte rendu. Nous proposons les grandes lignes. Lisez !

Retard de l’installation des exécutifs communaux

« Nous avons déploré le retard pris par le ministre de l’Administration du territoire. Nous avons déjà pris contact avec lui. Il nous a rassuré que tout sera mis en œuvre pour que ces conseils communaux soient installés dès l’arrivée du dernier convoi à la Mecque, parce beaucoup de conseiller élus seraient au pèlerinage. Nous allons suggérer au ministre de rédiger et de diffuser une circulaire précisant les modalités pratiques de mise en œuvre de ces conseillers communaux pour qu’il y ait la transparence afin que ces élections des exécutifs ne souffrent d’aucune contestation, pour rappeler les dispositions légales et toutes les dispositions pratiques qui vont être prises pour conférer à cette opération toute la transparence requise ».

Les aveux du directeur des opérations de la CENI

« Il a enfin reconnu que des pressions ce sont exercés sur les magistrats qui ont présidé les CACV et ceux-ci ont écarté pour falsifier les PV pour aider le parti présidentiel. Ça réconforte quelque part l’opposition dans la mesure comme vous le savez, nous avons fait des points de presse pour expliquer cette fraude massive à laquelle se sont livré des magistrats assermentés. On vous a expliquez que l’UFDG disposait des PV dresser à l’issu du dépouillement dans les bureaux de vote et que ces PV dans les 6 communes urbaines qui ont fait l’objet de contestation, ont été écarté purement et simplement ou falsifier. Aujourd’hui c’est un membre éminent de la CENI à l’occurrence le directeur des opérations, Etienne Soropogui, qui confirme que la pression a eu lieu. Cela signifie que les élections n’ont pas été transparentes.

Nous sommes désormais déterminer à mener un combat sans merci contre ces pratiques ».

Audit du fichier électoral

« L’audit du fichier a été engagé. Des experts de bon niveau sont arrivés. Ils ont fait le travail mais nous n’avons pas encore le rapport provisoire. Il y a une synthèse du rapport provisoire qui a été diffusé à un niveau restreint. Mais nous avons une copie parce que nous sommes représentés au comité de suivi de cet audit-là. Mais nous ne pouvons pas à ce niveau faire de commentaire, nous attendons que le rapport provisoire soit diffusé ».

Loi sur la CENI

« Les leaders de l’opposition républicaine ont déploré le retard pris dans la promulgation de cette loi qui a été déjà voté au mois de juin. Elle a été transmise à la Cour constitutionnelle qui devait se prononcer sur sa conformité avec la constitution pour que le président de la République la promulgue. On ne sait pas aujourd’hui à quel niveau, elle se trouve. Nous demandons à la présidence et à la Cour constitutionnelle de diligenter les opérations qui doivent être mené à leurs niveaux pour que nous puissions avoir une loi sur la CENI et mettre en place la nouvelle CENI qui doit organiser les élections législatives ».

Concession du port autonome de Conakry

« La concession du port sans appel d’offre. M. Alpha Condé a décidé de donner le port à des amis. On envoie la convention le 09, il devait aller le 12 en Turquie. Et il faut signer. On se retrouve au bureau du ministre, on signe alors que les cadres du Port autonome avaient émis de forte réserve sur le document qui leur avait été présenté. Donc l’opposition républicaine dénonce cette action qui est encore une illustration de la mauvaise gouvernance, du peu de respect que le président de la République a pour les lois de la République. Nous marquons notre solidarité avec les syndicats qui luttent à la fois pour leurs intérêts, mais contre aussi cette mauvaise gouvernance. Donc, ils ont la solidarité de l’opposition républicaine dont la mission c’est aussi de lutter contre la mauvaise gouvernance. Nous avons déjà au niveau de l’opposition parlementaire demandé une enquête aussi parlementaire pour définir, pour avoir tous les éléments d’information relatifs à cette opération qui n’a respecté aucune disposition de la loi ».

Les 21 millions de dollars

« La première opération c’était 58 millions de dollars. Vous donnez ça à quelqu’un qui ne présente aucune garantie, aucune enquête n’est menée pour s’assurer qu’il a la compétence, la moralité, la réputation, pour effectuer cette opération. Et puis il prend cet argent pour acheter de l’or pour investir dans les mines. On en parle et puis les autorités disent que ce n’est pas vrai. Alors que c’est vrai.

Avec les enquêtes qui ont été menée, récemment en raison des distorsions qui existaient entre les montants qui sont dans les livres comptables et les montants qui étaient sur le compte ont révélé qu’il y a 21 millions de dollars qui étaient perçu et enlevé des canots de la banque centrale sans être déposé au niveau du correspondant de la banque centrale. Donc nous avons condamné ça. Nous demandons que ceux qui sont en train de mener les enquêtes qu’ils les poursuivent et que les responsables de ce crime économique soient déferrés ».

Dysfonctionnement à la Cour constitutionnelle

« Il s’agit d’un harcèlement qui vise M. Kéléfa Sall, dont la position contre le troisième mandat est affirmé et assumé. On cherche à lui créer des problèmes.

L’opposition républicaine a décidé de lui exprimer notre solidarité et de le soutenir et s’est engagé à utiliser les moyens légaux pour défendre cet homme intègre qui a décidé de défendre la constitution ».

Déguerpissement en cours à Kaporo rail

« Ceux qui y habitent, sont là pour certains depuis les années 1960. Certains sont nés là-bas et ont leurs enfants là-bas. Nous avons noté qu’ils ont massivement voté pour l’opposition, donc ne soyez pas surpris après les élections qu’on cherche à les déguerpir. Juridiquement lorsque tu habites quelque part pendant plus de 40 ans, tu es là, tu vis là, il n’y a pas de raison qu’on te déguerpisse. Bien entendu, le code foncier a prévu, s’il y a des raisons d’utilité publique prouvées, qu’on exproprie des citoyens, mais moyennant une juste et préalable indemnisation.

Où était l’Etat, lorsqu’ils construisaient là. On ne les a pas empêchés. Aujourd’hui, ils sont là. Ce que je sais, même si vous n’avez pas de papier, si vous avez vécu de longues années sur un endroit, vous avez mis une boutique, un magasin, une maison d’habitation, on ne peut plus vous déguerpir sans vous indemnisez.

Donc l’opposition républicaine exprime sa solidarité avec nos compatriotes qui vivent dans le quartier et demande au gouvernement de renoncer à cette opération inhumaine et inopportune ».

Propos recueillis par Sadjo Diallo

+224 624 37 26 68

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account