Guinée : les syndicalistes obtiennent un accord aux forceps

Société Civile

Le gouvernement guinéen et le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) sont tombés d’accord sur un accord au palais du peuple. Cet accord obtenu aux forceps est le fruit d’un mois de combat syndical et d’intenses tractations entre le gouvernement et le syndicat de l’éducation.

La grève des enseignants qui a duré du 12 février au 13 mars 2018 vient de connaître son épilogue avec une médiation dirigée par le médiateur de la République, côté gouvernement et Oumar Tounkara, représentant du SLECG.

Une déclaration pourrait être signée dans quelques minutes suspendant ainsi la grève qui a paralysé tout le système éducatif guinéen.

Pour rappel, les revendications portaient sur une augmentation salariale de 40%, le dégel du salaire du secrétaire général du SLECG et le paiement de 8 millions à chaque enseignant comme salaire de base.

Fin janvier, le gouvernement avait payé 10%. Ce qui n’a pas pu calmer les ardeurs des syndicalistes qui ont bénéficié du soutien de plusieurs acteurs de la société civile et des acteurs politiques.

Nous reviendrons sur la déclaration signée de deux parties.

Lejourguinee.com                                                                                                                       

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account