Elections locales en Guinée: les grandes formations politiques dénoncent une fraude à grande échelle

Politique

Dans la matinée de ce dimanche 4 février 2018, les Guinéens se sont rendus aux urnes pour élire leurs conseillers communaux dans les 342 circonscriptions électorales du pays. Tout s’est bien déroulé dans la matinée sauf à quelques endroits où l’on se plaignait de l’absence des matériels dans certains bureaux de vote. Il n’y a pas eu d’incidents majeurs dans les bureaux de vote visités par notre rédaction.

 

Cependant, dans l’après-midi, au-delà de l’abstention remarquée des électeurs, des chefs de quartiers, des anciens ministres, des ministres se sont immiscés dans le déroulement du vote par des actes d’intimidation, de tentative de bourrage d’urnes, etc, ont rapporté des témoins.

Ce qui a suscité la colère chez les opposants au régime qui, depuis la fermeture des bureaux de vote, dénoncent « une fraude massive ». Sidya Touré de l’UFR et Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, les principaux opposants au régime de Condé seraient les principales victimes. D’ailleurs, cité par l’AFP, le premier dira « nous constatons des problèmes, notamment celui de l'encre, dans pas mal de bureaux de vote. La fin d'après-midi, lorsque l'affluence constatée le matin n'était plus au rendez-vous, a été le moment choisi par certains chefs de quartiers qui détenaient des dizaines de procurations, pour les livrer à des partisans du pouvoir ».

Malgré l’ampleur de la fraude, le président de l’Union des forces républicaines (UFR) estime que « si la transparence est au rendez-vous, je pense bien que les résultats de l'UFR seront étonnants. Si les résultats sont faussés, nous ne les accepterons pas", a-t-il prévenu.

Pour sa part, le chef de file de l’opposition a indiqué que « le président Alpha Condé a, à l'aide de l'administration, volé cette élection ». « Ce qui ne lui profitera pas", a prévenu Cellou Dalein, le principal opposant au régime d’Alpha Condé.

Pourtant dans la matinée, l’ancien Premier ministre qualifiait ces élections locales « d’une grande victoire de l’UFDG et de l’opposition guinéenne ». Ajoutant au passage qu’il est « content de constater que les Guinéens avaient soif de cette élection ». « Je demande à mes militants de se mobiliser, à refuser la fraude. [Car], nous ne pouvons pas nous battre pendant 7 ans pour obtenir les élections pour qu’elles se tiennent et que le suffrage des citoyens soit volé. Ce sera inacceptable cette fois-ci. », a déclaré le chef de file de l’opposition.

De son côté, le Chef de l’Etat, Alpha Condé, avait appelé ses partisans, dans la matinée, après son vote, à "rester mobilisés pour refuser la fraude". "Nous ne souhaitons pas la fraude et si cela arrivait, il faudra qu'on résiste comme on l'a toujours fait", dira-t-il.

En attendant la publication des résultats globaux, les accusations et les contre-accusations se multiplient. Mais, osons espérer, tout cela se réglera dans le calme et dans la paix.

Faut-il noter que le vote par dérogation et par procuration a été le nœud gourdin de ces élections entrainant la confusion totale dans les bureaux de vote. Une aubaine saisie par les chefs de quartiers et autres responsables du parti au pouvoir pour faire leur sale boulot.

Amadou Kendessa Diallo

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account