"Nous ne pouvons plus accepter que nos frères et sœurs périssent sous les balles...", prévient Cellou Dalein Daillo

Politique

L'opposition guinéenne a organisé, ce 4 octobre, une nouvelle "manifestation pour exprimer" son "indignation face à l’indifférence" de l'Etat sur l'insécurité. Le chef de file de l'opposition, Cellou Dalein Diallo et Cie, ont battu le pavé pour exprimer leur ras-le-bol et inviter l'Etat à prendre ses responsabilités.

 

Au terme d'une marche qui a conduit les leaders politiques à la Tannerie (point de départ) en passant par Aéroport - Bambéto- jusqu'à Hamdallaye Rond-Point, le principal opposant au régime d'Alpha Condé, s'est félicité de la "participation massive" des militants et sympathisants "à la marche que l’opposition républicaine a décidée d’organiser pour marquer sa solidarité avec les familles qui ont perdu leurs enfants lors de nos manifestations et en dehors de nos manifestations."

Dans son intervention, le président de l'UFDG, au nom de ses pairs, a déclaré que "nous (opposition républicaine, ndlr), avons aussi organisé cette manifestation pour exprimer  notre indignation face à l’indifférence de ceux-là qui sont chargés d’assurer la sécurité et de garantir la justice aux citoyens de notre pays. C’est une situation qu’on ne peut pas comprendre qu’un gouvernement qui se dit gouvernement de la République qui reste indifférent à l’assassinat de plusieurs citoyens de manière répétitive dans des circonstances identifiées".

Dans son réquisitoire, Cellou dalein a rappelé l'enterrement "à Bambéto une fois une douzaine de jeunes âgés de 13 à 25 ans. Ils auraient dû être avec nous aujourd’hui. Ils sont sortis de chez eux enthousiastes avec l’idée de participer à une manifestation et donc exercer un droit constitutionnel. Ils ne sont pas rentrés vivants. Ils sont, pour la plupart, à quelques mètres de nous alors qu’ils étaient à la fleur de l’âge. Nous ne pouvons plus accepter que nos frères et sœurs périssent sous les balles des forces de défense et de sécurité, ceux-là même qui sont recrutés, formés, habillés, payés pour assurer la sécurité des citoyens."

"Il y a parfois des bavures dans tous les pays, mais lorsque, à chaque manifestation, vous perdez 2, 3 jusqu’à 12 personnes et que le gouvernement reste indifférent,  il ne mérite pas de diriger le pays", reconnaît le chef de file de l'opposition guinéenne. Ajoutant que "c’est pourquoi je dis que M. Alpha Condé n’a aucune légitimité de nous diriger. S’il est incapable d’être le président de tous les Guinéens et de faire l’effort de conduire des enquêtes pour que ceux qui ont été tués en plein exercice de leurs droits. Il n’a plus alors aucune légitimité de nous gouverner. Il faut qu’on continue cette lutte contre l’impunité", estime Cellou Dalein..

Il y a un peu moins d'un an, il disait avoir "confiance en Alpha Condé", juste après l'accord politique signé le 12 octobre 2016. Aujourd'hui, cette confiance semble s'effriter au détriment de l'application des décisions issues dudit dialogue qui a vu l'opposition se fissurer.

Mamadi Touré

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account