Mal gouvernance: l'UFC charge le pouvoir

Politique

A l'occasion de l'assemblée hebdomadaire de l'Union des forces du changement -UFC-, de ce samedi 04 mars 2017, Aboubacar Sylla a dépeint la mal gouvernance qui sévit dans le pays. Le président de l'UFC a aussi évoquer la marche projetée par l'opposition pour protester contre l'impunité ainsi que d'autres sujets qui dominent l'actualité.

Dans son allocution, le président de l'UFC a déploré la corruption qui gangrène le pays. "Nous sommes toujours dans un pays mal gouverné et que cette mal gouvernance a pour conséquence la misère généralisée du chômage, de l'insalubrité, de l'insécurité, de l'injustice, des inégalités sociales, de  la corruption, du laisser aller. Tout ceux-ci font de la Guinée un des derniers pays de la planète. La Guinée est toujours parmi les 10 pays les plus pauvres de la planète", martèle Aboubacar Sylla. Sur la même lancée, le président de l'UFC ajoute que "c'est pour ça que l'opposition doit se lever. On ne se bat pas contre une personne, on se bat contre la mal gouvernance. Si le pays était bien géré, on allait pas être dans l'opposition". 

Par ailleurs, les derniers faits de corruption révélés dans la cité, notamment le dossier fibre optique et celui des universités privées ne sont pas passés sous silence lors de cette assemblée. Pour Aboubacar Sylla, ces montants surfacturés "auraient pu être utilisés pour construire des écoles, des hôpitaux, pour refaire nos routes, pour équiper la sécurité pour lutter contre le banditisme. Il y a eu des gens qui ont pris cet argent qui en ont fait ce qu'ils ont voulu. Les intéressés qui sont accusés ne réagissent pas. Le procureur de la République n'engage pas une procédure judiciaire pour vérifier. On se tait, on oublie".

Quant à la manifestation projetée par l'opposition pour protester contre l'impunité, Aboubacar Sylla déclare que "l'opposition va manifester contre l'impunité. Nous avons dit qu'il faut que l'opposition républicaine prenne ses responsabilités parce que la société civile ne prend pas ses siennes. C'est elle qui doit demander aux citoyens de manifester contre l'impunité. Mais malheureusement, nous avons une société civile qui ne parvient même pas à organiser un forum civile".

Parlant de l'affaire des vidéos indécentes parues sur les réseaux sociaux, l'ancien ministre de la Communication responsabilise le gouvernement. "Tout ça, c'est la responsabilité de ce gouvernement. On a dit qu'on a ouvert une information judiciaire, je vous parie que ça va s'arrêter à cette déclaration, il n'y aura absolument rien parce que ce sont des hommes du système qui se permettent ces travers sociaux".

Faut-il noter qu'Aboubacar Sylla entamera très prochaine une tournée en Europe dans le cadre d'une mission de son parti.

Guineealerte.com

 

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account