Suède : le viol collectif d’une jeune femme retransmis en direct sur Facebook

Presse Etrangère

Une affaire atroce. Trois jeunes hommes auraient retransmis le viol d’une jeune femme en direct sur internet. La police suédoise a procédé dimanche matin à l’arrestation de trois jeunes hommes de 18, 20 et 24 ans. Ils sont accusés d’avoir violé collectivement une jeune femme tandis que la vidéo était retransmise en direct sur Facebook.

Ils se trouvaient dans un appartement d’Uppsala, à 70 km au nord de Stockholm, et ont pu être arrêtés grâce à l’intervention d’internautes. Le compte Facebook sur laquelle était retransmis leur crime ne compte pas moins de 60.000 membres. dont Josefine Lundgren, 21 ans, qui a rapidement alerté la police. Elle explique au quotidien suédois Expressen que l’homme de 24 ans a “retiré ses vêtements et s’est couché sur elle”. Selon elle, il aurait aussi pris des photos qu’il aurait postées sur Snapchat. Connu pour des antécédents de drogues et de violences, il est considéré par la police comme le principal auteur des faits.

“Il se mettait à rire tout au long de la vidéo”

Au moins l’un des suspects était muni d’un revolver. Il aurait déclaré “venez-donc !” en s’adressant à la caméra. Et comme si l’acte sordide n’était pas assez éloquent, l’un des hommes aurait ensuite lancé à la jeune femme “Tu as été violée”. “Trois contre un”, commente un internaute. Selon la télévision nationale SVT, les suspects auraient par la suite posté une seconde vidéo dans laquelle ils essayaient de faire nier à la victime qu’elle avait été violée.

“Il mettait les mots dans sa bouche. Il était extrêmement menaçant et se mettait à rire tout au long de la vidéo”, témoigne Linda Johansson à The Local. Le journal en ligne rapporte que cette deuxième vidéo a été interrompue par l’arrivée des policiers. Lors d’une conférence de presse ce lundi, les enquêteurs ont lancé un appel pour récupérer les images de l’agression, dans le cas où des internautes les auraient sauvegardées.

Appel aux images

La vidéo ayant été supprimée, “nous n’avons pas d’images montrant l’agression elle-même”, a expliqué le vice-procureur en chef à Uppsala. “Nos équipes travaillent nuit et jour pour vérifier les contenus signalés par les utilisateurs” et Facebook coopère systématiquement avec la police dans les enquêtes pénales, a-t-il également précisé dans son communiqué.

Les agresseurs pourraient être accusés du délit d’atteinte à l’intégrité de la personne, en plus du chef d’agression de viol aggravé, selon le magistrat en charge de l’affaire.

M6info

 

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account