Mali Yembering: le gouvernement et l'armée entretiennent le flou sur le sort de Issa Camara

Echos du pays profonde

Après deux jours de violences (17 et 18 juin), près d'une trentaine de blessées (officiel) dont une dizaine par balles, des boutiques pillées, vandalisées, vidées de leurs contenus, le gouvernement de Mamady Youla n'a pas été capable de prendre une décision majeure pour dissuader les populations de cette localité, pourtant réputées pacifiques et hospitalières.

Le principal auteur de toutes ces violences (en dépit du fait qu'il bénéficie d'une présomption d'innocence), c'est le colonel Issa Camara, accusé d'insubordination à l'égard des autorités civiles et militaires de la région.

Comme s'il était au-dessus de tout le monde, personne parmi les membres du gouvernement y compris le ministre Gassama Diaby chargé de l'Unité nationale et de la Citoyenneté, n'a osé lever son petit doigt pour dire halte à Issa Camara et à sa bande. Aucun communiqué n'a été publié comme à l'accoutumée si il y avait des violences dans d'autres circonscriptions du pays.

La peuple guinéen est mature, certes, mais pour reprendre un titre du Journal panafricain, Jeune Afrique, il y a quelques années, on peut affirmer que la Guinée ressemble à un "Etat sauvage" où n'importe qui est permis de tout faire sans rendre des comptes. C'est dommage et assez regrettable que la préfecture de Mali soit abandonnée à elle-même, sans défense, à des bourreaux sans état d'âme qui pillent tout sur leur passage.

Ce qui s'est passé à Mali ressemble à un acte bien planifié et bien exécuté. La plupart des boutiques pillées ont été ciblées par ces hors-la-loi. Sinon pourquoi, après avoir fini de tout piller, qu'on mette du feu sur le reste des marchandises? Pourquoi cette haine?

Le gouvernement devrait sauver la République mais malheureusement, tout le monde a donné sa langue au chat au détriment d'une population apeurée et chassée chez elle par ce qu'on peut appeler (sans hésitation) des loubards de l'armée, pourtant censés défendre les pauvres citoyens et leurs biens.

Qu'attend-t-on encore pour non seulement démettre mais aussi mettre aux arrêts, le colonel Issa Camara et sa bande pour insubordination à l'autorité supérieure? Pourquoi la réaction du ministre de la Défense, Mohamed Diané se fait-elle attendre?

A écouter le chef d’état-major adjoint de l’armée de terre, le Général Édouard Théa, dépêché à Mali, on a l'impression, que la mission dont il dirige est plus préoccupée à retrouver des  "supposées" armes volées par des citoyens qu'à la justice et aux actes commis par des soldats payés et habillés par les citoyens.

Il urge aujourd'hui que tous les fils et toutes les filles de Mali se lèvent pour dénoncer ce deux poids deux mesures de l'ensemble des autorités (gouvernementale, militaire et judiciaire) et réclamer justice. Car trop c'est trop!

Amadou Kendessa Diallo

 

 

Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account