Top Stories

Grid List

Le parquet général  de Conakry a donné ce mercredi 18 janvier 2017, le bilan de ses activités  courant l’année 2016. Au cours d’une conférence de presse, le procureur général Moundjour Chérif en compagnie de certains substituts des procureurs des  tribunaux de Conakry a communiqué sur les statistiques des dossiers enregistrés sur l’étendue du ressort judiciaire de la Cour d’ Appel de Conakry.  

Le procureur général, Moundjour Chérif a tenu à préciser que la Cour d’appel de Conakry couvre le ressort de la ville de Conakry, la Basse Guinée et la Moyenne Guinée.  Il dira que la conférence est une façon pour le parquet général  de communiquer  sur des poursuites engagées sur l’étendue de son ressort judiciaire.

« Notre communication est de faire comprendre à l’opinion nationale les suites données à ces procédures que les officiers de police judiciaire ont communiquées aux différents parquets », indique Moundjour Chérif.

Le procureur général précise : « donner le nombre des procédures que nous avons eues, combien ont été jugés, le nombre des personnes qui sont détenues dans les prisons du ressort judiciaire de la cour d’appel de Conakry et parmi cette population carcérale, il y’a combien de femme, des mineurs ou des étrangers ».

Faisant le récapitulatif sur le nombre des dossiers dans le ressort de la cour d’appel de Conakry, l’avocat général Yaya Kaïraba Kaba, a indiqué que courant 2016, cinq mille cinq cents soixante treize (5573) affaires ont été enregistrées dans les différentes juridictions du ressort de la Cour d’appel de Conakry.

Au titre des affaires rentrées, explique l’avocat général, «  il y a eu 5573 affaires dans les différentes juridictions du ressort de la Cour d’appel de Conakry, dont 3 437 affaires  jugées. Et 2 541 sont détenus. Parmi ces détenus il y a 76 mineurs, 86 femmes et 39 étrangers ». 

Plus loin, Me Kaïraba Kaba a indiqué que 303 cas de violences sur le genre ont été enregistrés dans les différentes juridictions du ressort de la Cour d’appel de Conakry. Ces chiffres sont issus des tribunaux de première instance de Conakry, Boké, Labé, Kindia et Mamou qui sont du ressort de la Cour d’appel de Conakry.

En plus de ce récapitulatif des procédures enregistrées du ressort de la Cour d’appel de Conakry, le parquet a abordé les nouvelles lois sur l’organisation judiciaire, notamment le code pénal et le code de procédures pénales, les violences basées sur le genre mais aussi  la question du dossier du 28 septembre qui fait le souci de tous les Guinéens.

Ibrahima Hôre Saala BAH

+224 664 64 48 95

Le site sénégalais, SeneWeb, a annoncé que l'ex-président gambien, Yayah Jammeh est prêt à partir en exil. Cependant, l'ancien dictateur, pose quelques conditions.

Jammeh souhaiterait avoir des "garanties" avec la Cédéao, selon nos confrères de seneweb. La même source rapporte que "il (Jammeh) est en discussions avec les Présidents guinéen et mauritanien, respectivement, Alpha Condé et Mohamed Abdel Aziz, qui tentent, une dernière fois, de le convaincre de quitter le pouvoir".

Selon ce site sénégalais, l'ex-chef de l’État gambien Jammeh souhaiterait que "la Cedeao s’engage, dans une déclaration publique, à le préserver de toutes poursuites et à protéger ses biens. Ce que, nous dit-on, l’organisation régionale a refusé. Dans tous les cas, indiquent nos interlocuteurs, « les forces de la Cedeao sont prêtes à intervenir si Jammeh refuse de quitter son pays avec Condé et Abdel Aziz »".

Lejourguinee avec seneweb

La veille, Yaya Jammeh assurait au Président mauritanien, Abdel Aziz, qu’il était prêt à faire face en cas d’intervention militaire de la Cedeao. Mais dès l’entrée en action des troupes sénégalaises, ce jeudi en début de soirée, il a levé le drapeau blanc pour négocier et obtenir que les émissaires de l’organisation régionale supervisent son départ.

Il a été entendu. Ce revirement a suspendu l’avancée des soldats sur le sol gambien. Mais provisoirement, car la Cedeao a fixé un ultimatum : si Jammeh ne quitte pas le pouvoir avant midi, l’offensive militaire se poursuivra.

Une délégation de l’Organisation est attendue ce matin à Banjul. Elle sera composée de Ellen Johnson Sirleaf, la Présidente du Liberia, et du Président de la Guinée, Alpha Condé.

Cette mission s’annonce comme la dernière perche, vraiment la dernière, tendue à Jammeh. L'ex-chef de l'État gambien (officiellement) ne peut plus compter sur toute son armée. Son chef d’État-major général des armées lui a tourné le dos, refusant de placer ses hommes sur le chemin des soldats de la Cedeao. La marine gambienne se serait mise aux ordres d’Adama Barrow. Et plusieurs hauts gradés se sont réfugiés au Sénégal ou sont en détention.

Source : Libération

NB: le titre est de notre rédaction

Pays minier par excellence, la République de Guinée a publié ce 26 décembre 2016  son rapport  ITIE2014  (http://www.itie-guinee.org/rapport-itie-2014-3/)  entendez Initiative pour la Transparence dans les industries extractives en GUINEE.

Sous la Présidence  du Secrétaire général du ministère des Mines et de la Géologie et Président du Comité de pilotage de l'ITIE-Guinée, Saadou NIMAGA,  le rapport 2014 a été  validé   par le Comité de  pilotage composé des administrations publiques, de la société civile, des institutions républicaines et des entreprises minières. Selon ce rapport, en 2014, les entreprises minières ont payé à l'Etat guinéen un montant total de plus 2 000 Milliards (DEUX MILLE MILLIARDS GNF). La collecte des données a touché  350 entreprises minières,  et sous traitants, les carrières ainsi que les comptoirs d'achat d'or et de diamants, peut-on lire dans le document.

La publication des rapports ITIE  est un exercice de transparence  qui permet de savoir l'ensemble des mouvements financiers entre les régies financières de l’État et entreprises minières et leurs sous traitants. La conformité de la Guinée  dépend principalement de la publication régulière de ces rapports annuels. 

Aujourd'hui, le secteur extractif guinéen se positionne pour être l'un des plus compétitifs et transparents. C'est l'objectif affiché par le ministère des Mines et de la Géologie  qui a engagé de profondes reformes du secteur minier.  A l'occasion de cette publication, le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye MAGASSOUBA a exprimé sa confiance en la contribution du Processus ITIE à cette métamorphose positive à travers la transparence.

Il faut rappeler que la Guinée  a adhéré  à l'ITIE Internationale en 2005. Mais quatre ans plus tard, elle sera suspendue suite au putsch du CNDD en Décembre 2008.   Elle doit son retour grâce  aux efforts consentis après l'élection démocratique du Président Alpha Condé en 2010. La Guinée  a ensuite été déclarée pays conforme le 2 juillet 2014 à  MEXICO. C'est dans cette dynamique qu'elle a déjà publié 10 rapports y compris celui de 2014.

Le prochain objectif de l'ITIE Guinée est de produire le plus tôt le rapport 2015. Cette publication qui intervient en cette fin d'année apparaît comme un beau cadeau de fin d’année pour le secteur minier car cette publication prouve que la transparence, chère aux investisseurs miniers, est de rigueur dans la gestion des ressources minérales guinéennes.

il faut rappeler que la Guinée est l'un des premiers pays au monde à publier tous les contrats miniers sur le net (http://www.contratsminiersguinee.org).

Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

 

 

 

Située à plus de 500 km de Conakry et à 120 km de Labé, la préfecture de Mali a vécu un week-end très agité suite aux violences  provoquées par le Commandant du Bataillon d'Infanterie, le colonel Issa Camara, décrit par les citoyens comme un zélé et barbare.

RSS Feed

Registration

Le Colonel Issa Camara s'explique...

Global Alumine

Joignez-Lejourguinée-Facebook

Maison de Presse Guinée

Maison de Presse

Partenaires

guineenouvelle
   
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account