Top Stories

Grid List

C'est la promesse du gouvernement. Le doyen des juges d'instruction du tribunal de première instance de Dixinn, Mamady Diawara a été saisi piur l'ouverture d'une enquête judiciaire afin d'identifier l'auteur de ce crime.

"Ce vendredi après midi, alors qu'il avait été déployé pour la couverture d'une activité politique, le journaliste Elhadj Mohamed Diallo  a perdu la vie après avoir été atteint d'une balle dans la poitrine selon les premiers éléments dont nous disposons", a indiqué un communiqué du gouvernement guinéen.

"Suite à cet événement tragique et malheureux, ajoute le communiqué, le Procureur de la république a saisi le doyen des juges d'instruction de Dixinn pour ouvrir une enquête contre X pour homicide volontaire".

Selon le gouvernement, le procureur "s'est rendu à la morgue de Donka pour assister à l'autopsie et ainsi ouvrir la voie à une enquête afin de trouver et punir les auteurs".

Après cet incident douloureux, les deux principaux leaders se rejettent la responsabilité. Chaque camp accusant l'autre d'avoir tiré sur le journaliste.

Vendredi après-midi, alors que l'UFDG tenait son Conseil politique, Bah Oury, le vice-président, exclu, la veille, est arrivé sur les lieux avec sa garde rapprochée et quelques militants, rapportent des témoins présents lors de son arrivée.

Quelques instants après, les hostilités entre les deux camps pro Bah Oury et pro Cellou Dalein. C'est dans ce tohu-bohu que le journaliste Mohamed Diallo a pris une balle à la poitrine. Il rendra l'âme avant d'arriver aux urgences de Donka.

Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

Près de quatre mois après l'élection présidentielle d'octobre 2015, la Mission d'observation électorale de l'Union européenne -MOE-EU- a présenté ce vendredi son rapport. Ainsi, elle a noté assez d'insuffisances dans l'organisation de ladite élection par les principaux acteurs notamment commission électorale nationale indépendante -Ceni-.

Parmi lesquelles, la MOE-UE cite le cadre juridique caractérisé par des insuffisances et des lacunes en matière électorale. Pour cela, elle préconise la création d'une autre juridiction capable de gérer les contentieux électoraux avant la cour constitutionnelle.

En ce qui concerne l'administration électorale, le chef de la MOE-UE, Frank Engel, déplore qu'elle soit aussi caractérisée  par des insuffisances marqués par des insuffisances logistiques et de distribution des cartes électorales. Pour lui, le fichier électoral  actuellement en cours de validité est "loin d'être adéquat".

Pour ce qui est de la campagne électorale, la Mission a déploré les incidents ayant entrainé des morts, des blessés et des dégâts matériels importants. Dans le rapport, on notre également avec satisfaction l'implication de la société civile et des médias avec les mesures de régulation imposées par la Haute autorité de la Communication -HAC-.

Evoquant la journée électorale, la MOE-UE affirme qu'il y a eu des insuffisances et des difficultés logistiques et organisationnelles dans la majeure partie des bureaux de vote.

"Le jour du scrutin a été caractérisé par de fortes difficultés logistiques et organisationnelles, confirmant la préparation insuffisante  de la Ceni en vue des opérations de vote", relate M. Engel.

Il fait également mention de la modification de 34% des procès-verbaux des commissions administratives de centralisation de votes -CACV entrainant de "nombreuses erreurs mathématiques dans les chiffres retenus/publiés, en particulier dans le nombre de bureaux de vote".

"Par ailleurs, poursuit M. Frank Engel, la Mission regrette fortement que la Ceni n'ait pas réalisé de publication des PV des BV alors que cette diffusion constitue une garantie importante de transparence du scrutin et du droit des candidats  à un recours effectif en cas de contestation éventuelle de la régularité des opérations électorales devant la cou constitutionnelle".

La MOE-UE n'a pas non plus épargné la cour constitutionnelle sur son rôle.

"La cur constitutionnelle a manifestement  privilégié une interprétation restrictive  de son rôle de veille  sur la régularité des opérations électorales, se limitant à statuer sur la base des éléments présentés  par les requérants (candidats, ndlr) (...) ne faisant que très modérément usage de ses pouvoirs d'officie et d'instruction", regrette-t-elle. Ce qui, aux yeux de la MOE-UE, "n'est pas de nature à garantir  pleinement le droit de recours effectif des candidats au scrutin".

Sur la base de ses constats, la MOE-UE a fait des récommandations dont entre autre la garantie de la sécurité juridique duc cadre légistlatif applicable aux élections,  la garantie à tout citoyen de se porter candidat, conformément aux traités internationaux signés par la Guinée,  l'amélioration de l'encadrement du financement des partis politiques et des campagnes électorales, la garantie de la sincérité, de la transparence et la crédibilité des élections en renforçant le droit à un recours juridique effectif à toutes les étapes du processus électoral, la garantie de l'indépendance de la Ceni et le renforcement de ses capacités techniques et logistiques, le renforcement des capacités des partis politiques, etc.

Amadou Kendessa Diallo

+224 664 24 54 78

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La signature de l’Accord de partenariat transpacifique (TTP), signé à Auckland, a été immédiatement saluée par Barack Obama dont c’était l’un des projets les plus chers, mais le Congrès le ratifiera-t-il avant qu’il ne quitte la Maison Blanche?

L'accord de partenariat transpacifique (TPP), qui doit permettre de créer la plus vaste zone de libre-échange au monde, a été signé ce jeudi par les 12 pays partenaires - Etats-Unis, Australie, Japon, Brunei, Canada, Chili, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou et Singapour - lors d'une cérémonie à Auckland retransmise en direct à la télévision.

Cet accord a pour but d’abattre les barrières au commerce et à l'investissement entre ses membres, dont les Etats-Unis et le Japon, qui représentent près de 40 % de l'économie mondiale.

Obama enthousiaste

Dès l’annonce de la signature en Nouvelle-Zélande, Barack Obamas’est empressé d’exprimer sa satisfaction et de saluer un accord « qui renforcera le leadership américain à l’étranger et soutiendra les emplois aux Etats-Unis », explique notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet.

Mais pour entrer en vigueur, le texte doit être ratifié sous deux ans par les Parlements nationaux et notamment par le Congrès américain où il suscite une hostilité croissante, sur fond d'enjeux politiques liés aux prochains échéances électorales.

Ainsi si les républicains, par principe toujours en faveur de mesures libérales, avaient au départ appuyé une procédure d’examen accéléré de l’accord - un vote simple pour ou contre - ils semblent aujourd’hui moins pressés.

Le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell voudrait retarder le vote jusqu’à après l’élection du 8 novembre, comme pour vouloir priver Obama de ce qui serait une grande victoire pour lui.

Rejet des démocrates

Le représentant commercial au commerce extérieur, Michael Froman, a plaidé en faveur d’une adoption rapide soulignant le coût d’une ratification tardive qui pourrait s’élever à quelque 100 milliards de dollars de manque à gagner.

Les démocrates eux ont toujours été opposés à l’accord : les syndicats craignent de perdre des emplois. Bernie Sanders le combat avec acharnement : « Le commerce est une bonne chose. Mais le commerce doit être juste et le TTP est tout sauf juste », a tweeté le candidat à l'investiture républicaine. De son côté, Hillary Clinton qui l’avait défendu avec force quand elle était secrétaire d’Etat, en est maintenant, élection oblige, devenue une farouche opposante.

La Chine dans le collimateur

Cet accord touche à de nombreux secteurs du commerce international, comme les produits agricoles. Il concerne également les échanges de données et la propriété intellectuelle, qui n'étaient pas couverts par de précédents accords multilatéraux.

Par sa signature, ses membres comptent aussi pousser la Chine à adapter ses propres règles en matière de commerce, d'investissement et de droit commercial à celles établies par le TPP.

 

 

C’est avec regret et consternation que l’Union des Radiodiffusions et Télévisions Libres de Guinée (URTELGUI), l'Union de la presse libre de Guinée( UPLG)l'Association guinéen des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI) et l'Association Guinéenne de la Presse en Ligne ( Aguipel) ont appris cet après-midi du 05 février 2016, la mort du journaliste reporter, El-Hadj Mohamed Diallo du site d’information Guinée7.com.

El-Hadj Mohamed Diallo a trouvé la mort ce vendredi 05 février  en plein exercice de son métier au siège du parti Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG).

En attendant que lumière soit faite sur les circonstances exactes de cet acte ignoble, l’URTELGUI, l'UPLG,l'AGEPI et l' AGUIPEL  demandent à l'ensemble de la presse guinéenne de surseoir à la couverture médiatique de toutes les activités de l'UFDG et de ses dirigeants pour des raisons de sécurité.

Les quatre associations condamnent  avec la dernière énergie la mort et présentent  leurs condoléances les plus émues à la famille de la presse guinéenne, notamment l’AGUIPEL et  à celle du défunt.
Que l’âme de notre confrère Mohamed Diallo repose en paix
Amen!

 

Incroyable mais vrai. Le corps sans vie d’un nouveau né a été retrouvé dans un sceau rempli d’eau ce mardi 15 septembre 2015 au district de Toguiron sous-préfecture de Wonkifon, dans la préfecture de Coyah. La police évoque la piste de l'infanticide.

A l'occasion de la conférence du président de la république, Alpha Condé, l'affaire Moussa Dadis Camara, sans figurer sur les thèmes préalablement définis par le conférencier, a été brièvement touchée lors de la série questions-réponses.

DEBAT DU MARDI 1SEPTEMBRE 2015 Avec Saliou BAH

RSS Feed

Global Alumine

Joignez-Lejourguinée-Facebook

Maison de Presse Guinée

Maison de Presse

Metéo

Conakry Guinea Partly Cloudy (day), 77 °F
Current Conditions
Sunrise: 7:13 am   |   Sunset: 7:00 pm
94%     7.0 mph     29.940 in
Forecast
SAM Low: 74 °F High: 83 °F
DIM Low: 74 °F High: 85 °F
LUN Low: 76 °F High: 84 °F
MAR Low: 76 °F High: 83 °F
MER Low: 75 °F High: 82 °F

Partenaires

guineenouvelle
   
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account